Origine des noisettes de la pâte à tartiner Le Comptoir de Mathilde

par 17 octobre 2019

Pour produire la plus délicieuse des pâtes à tartiner, Le Comptoir de Mathilde est en recherche constante des meilleurs produits et de producteurs d’exceptions. 

Une pâte à tartiner se compose essentiellement de pâte de noisettes. Sa texture et son goût proviennent donc de la matière première utilisée pour la confectionner. Sans cette qualité gustative et le savoir-faire de leurs producteurs du piémont, la pâte à tartiner réalisée chaque jour dans la fabrique de Tulette ne saurait satisfaire les papilles aguerries des petits (et grands) gourmands.

Chaque année, Le Comptoir de Mathilde repensent leurs réalisations et les pâtes qu’ils confectionnent. Ils testent les produits qu’ils réalisent – de nombreux – tests de dégustations afin de concevoir des produits qui répondront à votre demande gourmande. Le plus souvent, ils rendent visite à leur producteur afin de vérifier le processus de transformation et la qualité des noisettes récoltées. Il s’agit d’une denrée rare qu’il faut choyer et les aléas naturels leurs permettent de ne pas l’oublier. 

Leur “nocciola” en italien, ou “noisette”, se trouve dans une région piémontaise productrice de noisettes IGP ! Cela leur assure une qualité grâce à un cahier des charges respecté rigoureusement. Il s’agit de la zone historique des cultures de noisettes et celle-ci recouvre tout de même 85% du territoire. Ces belles noisettes, ont une saveur très réputée, leur conférant le rang de la meilleure noisette du monde.

Utilisées dans leurs pâtes ou encore sur leurs chocolats, Le Comptoir de Mathilde met dans chacune de leurs créations le savoir-faire appris lors de leurs voyages, et les touches idéales de noisettes pour magnifier le goût de leurs recettes.

Pourquoi est-elle si particulière ? 

La région du Piémont est en altitude, alimentée par des vents maritimes. Cela change à peu près tout ! L’addition du soleil, des vents marins et de l’altitude, permettent à cette région d’avoir des nuits fraîches. Ces changements climatiques laissent aux noisetiers le temps de se régénérer et de se ressourcer. C’est au travers de ce processus que le potentiel des fruits tire son essor. L’air humide et minéral permettent à la noisette de se gorger de nutriments, et la fraîcheur de l’altitude permet une maturation lente mais suffisante pour gorger la noisette de son parfum si unique. Le soleil, quant à lui, permet à la noisette d’arriver à maturité sans la brûler. Un facteur très important, puisque la noisette contient beaucoup d’huile et celui-ci pourrait griller le cœur du fruit encore sur l’arbre.

La culture est attentive. Une fois récoltées, les noisettes sont d’abord triées dans un lieu appelé “la casserie”. Les noisettes encore dans leur coquille, sont triées afin de pouvoir écarter les non-conformes. Cette étape effectuée, les noisettes sont ensuite dissociées de leur coquille et acheminées jusqu’au lieu de transformation. Un moment unique où des mains expertes viennent encore une fois trier les noisettes pour mettre de côté celles n’étant pas suffisamment “lavées” et celles ne pouvant convenir au produit fini. 

A l’issu de ce fabuleux tri, les noisettes sont concassées et transformées en un pralin d’exception ! Une matière noble où les arômes et le processus de maturation de la noisette s’en dégage en seulement une bouchée.

Les noisettes sont riches en magnésium, en vitamine E (le deuxième fruit le plus riche), en acide gras monoinsaturés composés d’acide oléique. Un élément puissant pour nettoyer les artères, et c’est dans l’huile de noisette que nous en retrouvons le plus.

Article signé Le Comptoir de Mathilde